Archives de catégorie : Humeurs

Chaffoteaux et Maury : obsolescence programmée ?

Chaffoteaux et Maury, c’est comme Moulinex, un leurre, un habillage marketing pour donner l’impression qu’on achète du matériel éprouvé par les ans. En cherchant un peu on découvre que la marque a été vendue, avec les meubles, à quelque aventurier exotique. Pour autant le client grégaire, quand on lui propose une chaudière Chaffoteaux et Maury, se sent plutôt en confiance, comme pour un poêle Godin, c’est humain.

gastonErreur grave. Parce que pour la seconde fois en trois ans, le client en question va devoir changer la carte électronique de sa chaudière Chaffoteaux et Maury. 400 boules. Tout ça parce qu’un tout petit machin, qui vaut 1,50€, a pété. Le réparateur ne peut rien faire, c’est soudé à la machine, au millième de millimètre. Donc il l’a dans l’os, il faut changer la carte, pour la troisième fois en dix ans. Merci.

Il est évidemment impossible de prouver qu’il s’agit d’obsolescence programmée. Le fabricant peut plaider le hasard, la mauvaise pioche. Mais bon, il y a, à tout le moins, de la désinvolture, si ce n’est un calcul. Sans entrer dans les détails techniques, nous dirons que la fragilité de certains éléments, le manque de fiabilité des soudures sont des tares rédhibitoires pour des engins appelés à tourner six mois de l’année.

Le problème c’est qu’il est interdit de dire du mal d’un commerçant en France. Ce peut être poursuivi par les tribunaux. Vous vous souvenez peut-être d’une bloggeuse qui a pourri un restaurant l’an dernier. Poursuivie, elle a écopé de 1 500€ d’amende. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles les consommateurs sont aussi timides. Même si c’est un fonds américain, semble-t-il, qui a pris le contrôle de la maison désormais basée en Italie.

Mais il n’est pas interdit au polygraphe de dire que sa chaudière Chaffoteaux et Maury a pété trois fois en dix ans. Et d’inviter chacun à méditer cette information lors de son futur changement de machine.

 

 

 

 

de la cruauté des textes

L’occasion est belle en cette fin d’année, à l’heure de changer d’agenda, d’inviter quelques personnalités absentes de la bibliothèque. Mahomet s’impose. Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour lui.

le coranJ’ai essayé Dieu cette année, et ce n’est pas une réussite. Il m’est tombé des mains. Pourtant bon public, motivé, je n’ai pas dépassé le Lévitique. Question mythe, c’est un peu étriqué, un peu familial. C’est en permanence pollué par des énumérations sans substance. Non décevant, décevant. Les Evangiles ont un peu plus de tenue.
Nous partons aussi bon public pour Mahomet, mais inquiet pour lui, avec ses enfants mal élevés. La traduction de la pléiade est bonne, semble-t-il, en tout cas elle est souvent citée en référence. Les obscurantistes n’aiment pas que l’on revienne au texte. Qu’on ait une autre lecture. Et au bout du compte ce peut être cruel. On verra bien.
Il y a pourtant des textes qui tiennent la route. J’aurais bien repris Les philosophes taoïstes pourbilleter être un client honorable et avoir mon agenda sans passe-droit. Mais Jean-François Billeter dit que la traduction de la Pléiade (du temps à régnait Etiemble) n’est pas satisfaisante. Et j’ai déjà celle de Gallimard. Une recommandation au passage, le délicieux petit livre « Leçons sur Tchouang Tseu », chez Arlea. C’est mon cadeau fétiche. Du bonheur en tube. C’est fin, malin, mesuré, très humain. Les Chinois le disputent au Grecs dans l’antiquité, et ils ne s’en sortent pas mal.

 

Mais bon, le deuxième invité n’est pas encore désigné. Pour l’heure ce sont Les historiens et chroniqueurs de moyen-âge qui tiennent la corde. Mais il va falloir s’assurer de pouvoir lire la langue. Avant le XVIe c’est difficile.
Et puis, bien au-delà du plaisir d’entomologiste, il va y avoir les cadeaux à débusquer, des tas de bouquins à trouver (je suis la terreur de mes neveux et nièces). Cela augure de quelques bons moments en librairie. Et puis il n’est pas idiot d’occuper les lieux de culture en ce moment, d’exister tout simplement.

La guerre des mots

Sommes-nous en guerre comme l’affirme le Président de la République ? La question n’est pas accessoire parce que, comme le disait Albert Camus « mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde ». Mais ce n’est pas la seule question qui se pose : islamisme, radicalisation, terrorisme sont autant de termes qui posent problème dans la terminologie en vogue et qui ajoutent à la confusion des esprits.

guerre

Commençons par la guerre. Un officier de police s’insurgeait contre ce terme mardi midi sur France Inter, considérant que nous ne sommes pas en guerre mais confrontés à une guérilla. Pour ce qui concerne les attentats de Paris,  le Robert lui donnerait plutôt raison puisqu’il définit une guerre comme une lutte armée entre groupes sociaux, entre Etats, alors qu’une guérilla est une déclinaison très particulière de la guerre, une lutte armée de harcèlement, de coups de mains, menée par des groupes de partisans, de clandestins. Le choix du terme par l’Etat n’est pas innocent, il est inclusif. Alors que dans les faits les choses sont un peu différentes : tout le monde est une victime potentielle d’un acte de guérilla mais tout le monde n’est pas en guerre. Nuance.

Radicalisation, islamistes radicaux ensuite. Un sociologue contestait ces termes lundi soir, toujours sur France Inter. A ses yeux, ils ont une dimension trop psychologisante. Les supposés radicaux ne sont pas, comme on les présente souvent, de simples individus décervelés et embrigadés, mais bien souvent, des individus « raisonnables », souvent cultivés, bien formés, animés par un projet politique clair : mettre un terme à l’hégémonie de l’Occident au profit d’un régime islamique. Ce qui nous amène à la question de l’Etat Islamique, que les français baptisent Daech, ou Daesh et que les anglo-saxons désignent par l’acronyme Isis (Islamic state of Irak and Syria).

Les protagonistes préfèrent eux parler de Califat, parce que le projet n’est pas territorial limité au sens où on l’entend habituellement mais culturel, politique et religieux. C’est un projet impérialiste qui se réfère à l’expansion de l’islam au cours de ses premiers siècles, sans géographie définie mais avec un projet affiché de domination universelle. Le terme d’Etat n’est donc pas parfaitement adapté. Il s’agirait plutôt d’une théocratie, dont le patron serait dieu. Ce qui ne simplifie pas la désignation de l’ennemi.

Islamisme pose également problème, même si on comprend que l’on n’ait pas trouvé mieux pour le moment. La proximité des deux termes islam et islamisme est évidemment redoutable pour l’islam modéré. Notamment en raison de la construction apparemment semblable des termes catholicisme et islamisme. Cela n’exonère pas les tenants d’un islam pacifique de toute responsabilité (je suis de ceux qui considèrent que l’islam européen risque de payer cher son actuelle léthargie, ce qui n’est pas le cas, par exemple, de l’islam indien, qui a bien compris le danger et manifeste bruyamment sa condamnation du salafisme).

On pourrait terminer par Terrorisme. Rappelons-nous que la signification du terme dépend du côté duquel on se trouve. Les Résistants ont été considérés, nommés, désignés comme « terroristes » tout au long de la seconde guerre mondiale, ce qu’ils étaient au regard du pouvoir en place. Un renversement de sens en a fait des héros au lendemain de la victoire.

Mais de toute cette déclinaison, c’est le mot guerre qui me gêne le plus. Qui est en guerre contre qui ? Qui a déclenché les hostilités ? Quelles en sont les causes ? Autant de questions qu’il semble opportun de se poser aujourd’hui. Quitte à prendre le temps de la réflexion. Une guerre c’est grave et c’est un processus incontrôlable une fois enclenché. Le fer et le feu sont-ils la solution ? Ne serait-ce pas plutôt le nerf de cette guerre qu’il faudrait couper, et en premier lieu les vivres, en l’occurrence le robinet de pétrole ? Je n’en sais rien. Mais quelque chose me dit que l’on doit commencer par mettre les bons mots sur les choses pour ne pas ajouter au malheur du monde.

Le Monde à l’envers

Cher Monde,

Conscient de la redoutable illusion de la gratuité sur internet (quand c’est gratuit, c’est moi le produit), je me suis abonné l’an dernier à tes services payants, comme je l’avais fait l’année précédente auprès de Médiapart, et comme je le ferai vraisemblablement cette année pour Arrêt sur images. La raison de cette infidélité apparente est double : je n’ai pas les moyens de cumuler les abonnements et j’entends comparer les services des uns et des autres.

Le MondeLe côté militant de Médiapart m’a lassé assez vite, en dépit de la qualité indéniable de certaines enquêtes. Pour toi c’est différent. C’est ton côté moutonnier, nous dirons aligné sur les choix prévisibles de la presse parisienne, qui a fini par me décourager. Assez peu d’enquêtes fouillées, un brassage récurrent de lieux communs, et une valeur ajoutée, somme toute, assez faible. Mais bon ainsi va la vie, nous pouvions nous quitter bons amis au terme de cet abonnement d’un an, que j’avais pris la précaution de payer en une fois et de limiter dans le temps.

Il y a quelques jours, tu m’as fait savoir que ma banque avait rejeté un nouveau prélèvement. Mais mon cher Monde, je ne t’ai jamais demandé d’effectuer un nouveau prélèvement et je ne t’ai pas dit que j’avais l’intention de m’abonner pour la vie. Après une dizaine de mails de relance, je reçois aujourd’hui celui-ci :

Bonjour Philippe Dossal,

Vous souhaitez interrompre votre abonnement au Monde.fr malgré notre proposition et nous le regrettons sincèrement.

Nous vous adressons ci-joint un formulaire de résiliation à imprimer, compléter et à nous retourner par courrier en recommandé avec accusé de réception sans oublier de le dater, signer, avec la mention « lu et approuvé », à l’adresse suivante :

Le Monde.fr A3000 62067 Arras Cedex 9   Dès réception de ce formulaire, indispensable pour enregistrer votre demande, nous procéderons à la résiliation de votre abonnement qui prendra effet à l’échéance de l’abonnement facturé.

Toute l’équipe du Monde.fr se joint à moi pour vous assurer que le lien que nous avons établi avec vous n’est toutefois pas rompu.

Nous vous remercions pour votre confiance et restons à votre disposition pour toute précision à l’adresse clientnumerique@lemonde.fr.

Nous vous souhaitons une agréable journée.

Cordialement,

Antoine, Service Client Le Monde.fr

pub Le Monde

 Donc, donc, si je comprends bien, tu procèdes comme les opérateurs de téléphone et les vendeurs sans scrupules qui vassalisent désormais leurs clients  sur internet. Puisque je me suis abonné une fois pour un an, tu considères d’autorité que je suis abonné ad vitam aeternam. Et que je dois te supplier, par lettre recommandée d’avoir la magnanimité de me désabonner. On croit rêver.

A dire vrai je ne m’attendais pas à une telle manœuvre de ta part, mais plutôt, entre gens de bonne compagnie, à un courrier du style  : « votre abonnement arrive bientôt à échéance, pensez à la renouveler… » C’eût été plus élégant. Mais puisque tu as choisi la méthode forte, j’ai deux mauvaises nouvelles pour toi. La première c’est que ta lettre recommandée tu peux l’attendre longtemps, je n’ai jamais rien signé et je n’ai pas l’habitude d’envoyer une lettre recommandée aux commerçants chez qui je n’achète pas un produit pour m’en excuser.

La seconde c’est que je vais donner une astuce aux internautes qui souhaitent s’abonner à un service en ligne : évitez à tout prix de signer un formulaire de prélèvement automatique. Le jour où vous souhaiterez vous désabonner, ce sera l’enfer. La seule solution, bien souvent, est de faire opposition auprès de votre banque, opposition qui est désormais facturée. Préférez le paiement par carte bancaire, si possible avec une limite de validité assez proche. Tout prélèvement sera rejeté lorsque cette date sera dépassée. Si vous êtes satisfait du service vous aurez toujours possibilité de le renouveler.

Les journaux sont certes aux abois, mon cher Monde, mais je ne suis pas persuadé que tu utilises la meilleure méthode pour mettre en place un modèle économique viable et instaurer le  climat de confiance qui doit, me semble-t-il,  exister entre un journal et ses lecteurs .

Bien à toi,

Philippe

 

 

du récit

hugo

création Clémentine Mélois

Le Nouveau roman avait cru pouvoir faire l’économie du récit. Il en est mort. La politique et l’enseignement croient, aujourd’hui à leur tour, faire l’impasse sur le récit, qui aurait fait son temps, au profit d’une lecture statistique et comptable des évènements passés et à venir. La poésie des points de croissance peut échapper à certains, c’est mon cas.
Régis Debray, entendu ces jours-ci, regrettait cet abandon du récit dans l’enseignement de l’histoire au profit d’une approche thématique. Il disait en substance que tout le monde a besoin de s’inscrire dans une histoire pour se projeter dans l’avenir. Comment ne pas partager ? Il faudrait sans doute faire relire Levi-Strauss à nos pédagogues patentés, qui réduisent l’histoire à des coupes sociologiques. Alors que chaque individu a besoin de mythes fondateurs, qu’ils soient individuels ou collectifs, mais aussi de se placer sur une échelle de temps. C’est son humanité.
Ne demandez pas à un de vos ados si Louis XIV régnait avant ou après la Révolution. Vous allez vous faire du mal. J’ai quand même réussi à faire avaler Les rois maudits aux miens. Sans trop de hurlements. La dramaturgie vaut, à l’aise, celle de Game of thrones. Mais très honnêtement je ne sais pas dans quel récit ils sont inscrits. Ils se sont bricolés le leur, forcément.
La gauche au pouvoir est d’une pauvreté invraisemblable dans ce domaine. C’est l’actualité, vouée à l’évaporation, qui donne sa colonne vertébrale à l’action politique. La question pourrait être : est-ce qu’il n’y a tout simplement pas d’histoire à raconter, pas de projet, pas de perspectives, mais un pilotage à vue, à l’image du précédent mandat ? On pourrait finir par s’en inquiéter. Au moment de l’afflux de réfugiés, l’absence de mise en perspective de l’histoire du peuplement de la France fait, par exemple, froid dans le dos.

voyage
Rappelons simplement le début du Voyage  de Céline, l’un des grands moments de la littérature du XXème.
« … la race ce que t’appelles comme ça c’est seulement ce grand ramassis de miteux dans mon genre, chassieux, puceux, transis, qui ont échoué ici poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus vaincus des quatre coins du monde. Ils ne pouvaient pas aller plus loin à cause de la mer. C’est ça la France et c’est ça les Français. »
Sans tomber dans le misérabilisme, il y a une histoire à raconter. Des lignes de force à tracer, un peu de générosité à proposer et quelques perspectives à dresser. Il n’est sans doute pas facile de faire tourner cette grosse machine qu’est le pays, la sixième mécanique du monde, avec des routes en moquette et internet qui fonctionne plus d’une heure par jour (ce que chacun trouve normal évidemment, mais qui ne l’est pas tant que ça). Dans un pays où personne ne veut rien lâcher (même les pilotes à 12 000 boules), il faut sans doute se préparer à une plus grande sobriété. Pourquoi ne pas le dire, les écolos, s’ils étaient moins puérils, auraient un vrai scénario à proposer : vivons frugal, vivons heureux ! Inventons un nouvel art de vivre, lequel se pratique déjà à bas bruit d’ailleurs.
Il ne s’agit évidemment pas de bercer le bon peuple avec des contes pour enfants, mais on pourrait au moins dresser des perspectives. Parce que chacun le sait, la nature a horreur du vide, et certains esprits chagrins l’on bien compris, qui fabriquent des récits en béton armé, à coup de race blanche et de « chrétienté ». Il n’est pas très compliqué pourtant d’assumer le fait que nous sommes les héritiers d’une tradition composite et multiséculaire : la philosophie grecque, le droit romain, la religion chrétienne aussi, et les Lumières bien entendu. Et d’inscrire une action politique dans une trajectoire, qui ait du sens. Qui donne envie. Mais c’est sans doute trop demander.

Petite chronique du dimanche matin

N’avoir point de programme établi, pouvoir lâcher prise deux jours durant et se laisser aller doucement à la préparation de l’hiver.

maison rougePeigner un peu le jardin, tailler une haie ici, ranger doucement le mobilier d’été, mettre le bois à l’abri. Ne pas se presser, goûter la maison rouge et l’éclairage d’automne, se laisser glisser dans ce temps suspendu, qui n’a pas encore décidé de se mettre au frais. Officier tranquillement, ranger le canoë entre deux pages de lecture, tailler un morceau de haie entre deux navettes au bourg, une visite chez Marie.

chateau alençonEtaler son (modeste) matériel de dessin sur la grande table du bas pour donner forme au château d’Alençon au début du XVIe, compiler les rares sources iconographiques disponibles. Construire physiquement l’un des cadres dans lequel se déroule la fiction au long cours que l’on a décidé de remettre sur le métier (trouvé un nouveau titre : L’atelier du typographe). Se concentrer sur un dessin, choisir l’emplacement du logis, s’inspirer des dernières visites aux châteaux du XVIe (Ancenis, Chateaubriant…). Ne pas se formaliser de sa maladresse, de son manque de technique. Placer Clément Janequin ou Roland de Lassus sur la platine, au grand dam de garçons qui digèrent la rentrée en jouant les pommes-de-terre de canapé.

 

Retrouver des notes, confronter les sources. Rendre visite aux poules. Se plonger dans les mentalités de l’époque, lire l’article « Indulgences » dans La France de la Renaissance, précieux dictionnaire débusqué dans la semaine à Nantes. Penser à la préparation du repas. Et s’exonérer de prendre des nouvelles du monde comme il va, lequel nous rattrapera bien assez tôt.

Bonne semaine.

Le premier oeuf

Belle surprise ce matin lors de la visite matinale du poulailler : la petite noire, une Marans, avait pondu son premier œuf, un bel œuf roux comme savent le faire ces poules des Charentes. Je suis d’autant plus touché que j’avais passé la journée précédente en compagnie de mes trois pensionnaires pour procéder à l’agrandissement de l’enclos et rafraîchir la maison (je rêve parfois de la peindre à la manière des poulaillers de Tex Avery) . Cette marque d’affection me va droit au cœur.

P1030062

Il faut préciser que pour cette seconde couvée (les poules de l’an dernier, que j’avais laissé(es) en liberté, ont été mangées par le renard du bois voisin, gasp !), il y a une innovation de taille : la présence d’un coq. Un magnifique coucou de Rennes, encore adolescent, que m’a proposé un voisin. L’enclos risquait de se révéler un peu petit. Je leur ai donc aménagé une salle à manger avec des piquets de récup et le dernier morceau de grillage qui traînait.

P1030071

Pourquoi un coq, me direz-vous ? puisque l’objectif principal est d’avoir des œufs et non des poussins. C’est la faute de l’ami Olivier, auquel nous avons rendu visite cet été en Creuse, pour qui un poulailler sans coq est une faute de goût, doublée d’une punition pour les poules, qui ne pourraient pleinement s’épanouir sans coq.

Olivier m’a ainsi conseillé la lecture d’un petit livre : Le poil et la plume de la comédienne Anny Duperey, qui élève des poules… en Creuse. Un charmant petit bouquin, où l’on apprend des tas de choses sur les mœurs des bêtes à plumes, et sur les dégâts commis sur leur comportement par les élevages en batterie (la plupart des poules ne savent plus couver).

Yseult, la crêpière de La Maison du port de Lavau, qui possède une longue expérience en matière des poules, a toutefois douché mon enthousiasme ce midi. « Un coq avec deux poules, tu vas les retrouver en charpie, il lui en faut au moins une demi-douzaine. » Bon, trois je veux bien, mais pas plus ou alors il faut encore agrandir l’enclos. L’an dernier j’en ai eu quatre, c’était exagéré, on s’est retrouvé débordés par les œufs : quatre par jour ! Et puis il n’est pas question de faire un élevage.

Pour l’heure tout va bien, c’est la petite noire, la Marans, qui fait la loi et le jeune coq doit faire la queue à la cantine quand mademoiselle est à table. On verra bien ce que l’avenir nous dira. Quoi qu’il en soit, je prends un grand plaisir à les visiter chaque soir et chaque matin, à les observer gratter la terre ou se coucher à l’ombre pendant la journée. Je n’avais jamais imaginé m’attacher à des poules.

Et puis sait-on jamais, si l’une d’elles se met à couver, je laisse faire. Des poussins au printemps, ce serait la classe ! Une poule suivie par une ribambelle de poussins c’est quand même, sans faire de violon, un sacré spectacle.

 

 

Cher Crédit Mutuel

Je ne te félicite pas. Un certain Zalongo, dont je n’ai jamais entendu parler, vient de siphonner   1 495 euros (mille quatre cent quatre-vingt quinze euros)  sur mon compte courant alors que ce compte affichait poussivement un solde  de 750 euros. En d’autres termes tu as donné à un pirate de l’argent qui n’existe pas. Mais que tu t’es empressé d’inscrire en rouge, en somme négative sur le dit compte, ajoutant au passage des pénalités !

On croit rêver. bXp0y4gGAdlXVl3w3u9RS8O_uZ8

Hélas, non. Après m’être fait éconduire par l’opératrice de la touche 3, qui peut uniquement frapper d’opposition, au lendemain du forfait, la carte bancaire utilisée, j’ai découvert avec l’opératrice de la touche 9 (le temps d’attente est naturellement payant) qu’il allait me falloir entamer un long marathon pour espérer un jour recouvrer ces 1 495 euros (il semble que je sois assuré). Première étape : me présenter à mon agence (évidemment fermée le samedi aprem et le lundi) et commencer à constituer un dossier. Ensuite il faudra sans doute porter plainte et poursuivre une longue procédure. Tout ce que j’aime.

 

simplification

En attendant, je reste dans le rouge et à moi de me débrouiller. J’ai quand même pris soin de m’enquérir auprès de la touche 9 du montant de mon découvert autorisé, me faisant ainsi confirmer que ce découvert est de 310 euros. Tu as donc allègrement explosé ce plancher, sans t’en préoccuper, ni m’en avertir. Moi qui pensais bêtement que cette limite était valable pour nous deux, je constate qu’il n’en est rien. Quand c’est moi qui dépasse tu m’envoies la facture, lestée de pénalités, quand c’est toi qui dépasses, c’est moi qui ai tort.

Cher Crédit Mutuel, on ne peut donc pas avoir confiance en toi. Il suffit qu’on agite trois numéros devant ton nez pour que tu ouvres ton portefeuille avec l’argent de tes clients. La touche 9 m’a expliqué les raisons de cette étrange désinvolture. Alors que pour payer un parking, le terminal consulte la banque pour autoriser le paiement, elle ne s’en préoccupe pas pour les achats en ligne, fut-ce l’acquisition d’une automobile. Et paye les yeux fermés, sans vérifier si le compte est approvisionné. C’est ainsi. Circulez, nous ne pouvons rien de plus pour vous, cher monsieur. Bon week-end.

Un autre monde

La silhouette effilée du MV-Liemba s’annonce au large de Kagunga, village tanzanien situé à 5 km de la frontière burundaise. Bastingages tordus, pont branlant, le plus vieux ferry du monde pousse la sirène du bord et jette l’ancre dans les eaux hypnotiques du lac Tanganyika. Amenés depuis le rivage par des barques de pêcheurs, près de 600 passagers burundais embarquent sur le bâtiment, qui reprend aussitôt la direction de Kigoma, son port d’attache en Tanzanie, une quarantaine de kilomètres plus bas.

liemba-africa

MV Liemba. Photo : DR

 

Pas de temps morts : la situation sanitaire de Kagunga ne cesse d’empirer avec l’afflux massif de nouveaux arrivants. Manque d’eau, épidémies, premiers décès. Plus de 50 000 réfugiés ont déjà rejoint ce village depuis le début des violences politiques liées au coup d’Etat avorté contre le président burundais, Pierre Nkurunziza, fin avril. Beaucoup d’entre eux n’iront pas plus loin à pied : une chaîne de montagnes escarpées rend toute fuite vers le sud hasardeuse. « Le MV-Liemba joue ici un rôle crucial, souligne Joyce Mends-Cole, représentante du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) en Tanzanie. En deux voyages, il nous permet d’évacuer 1 200 personnes par jour vers Kigoma. »

C’est ainsi que débute un long reportage publié le 2 juin par Le Monde.  Outre le fait que le Burundi connait actuellement une crise majeure, ce papier rappelle à celles et ceux qui ont un peu pratiqué l’Afrique que nous ne vivons décidément pas dans le même monde. Il se trouve que j’ai traversé le lac Tanganyka il y a une vingtaine d’années sur ce vapeur*, construit par les Allemands à la veille de la première guerre mondiale, alors que le Tanganyka était encore une colonie germanique. C’était déjà un magnifique château branlant, possédant le charme pénétrant des ruines, où l’on pouvait louer une cabine au prix de quatre heures d’attente assorties de l’inévitable bousculade dans les files d’attente africaines.

the-MV-Liemba DR

the-MV-Liemba DR

 

Coulé à deux reprises, renfloué, réparé, rafistolé il assurait à l’époque  la liaison entre la Zambie et le Burundi, via Kigoma, sur la rive orientale du lac (face au Zaïre, devenu la République Démocratique du Congo). Il continue donc son service, les flancs chargés de bois, de ballots et de passagers et assure en ce moment l’exfiltration des Burundais qui fuient le pays. A l’image des chemins de fer tanzaniens, dont les wagons partent en lambeaux, le MV Liemba reste un des seuls moyens de transport collectif dans la région. L’une des régions de la planète les mieux pourvues en métaux rares et précieux, exploitées par des compagnies occidentales,  (le Katanga, de l’autre côté du lac est l’objet d’une guerre permanente entre bandes armées qui assurent la “protection” des mines) n’a pas même les moyens d’entretenir un matériel qui part en charpie.

Les mécaniciens du MV Liemba rigoleraient sûrement un bon coup en nous entendant parler de développement durable, eux qui rafistolent – faisant preuve d’un génie époustouflant du bricolage – des engins qui mériteraient à peine la ferraille chez nous. Nous ne vivons décidément pas dans le même monde, accrochés que nous sommes à un mode de vie confortable et dispendieux  (nos batteries de téléphones portables viennent en partie de là-bas) et imperméables au coût humain de ce confort. Certes on voit bien quelques images de réfugiés se jetant sur des rafiots en Méditerranée, mais cela reste une vision abstraite et vaporeuse qui provoque une compassion passagère, vite balayée par l’information, l’émotion suivante.

Une pensée donc aujourd’hui pour tous ces Africains qui piétinent sur un quai d’embarquement sous un soleil de plomb, ne sachant pas de quoi demain sera fait. Et un coup de chapeau à ces géniaux rafistoleurs, dont l’ingéniosité permet à des centaines de personnes de sauver leur peau, et desquels nous aurions de belles leçons à prendre.

*L’homme blanc, Joca Seria, 2007. http://www.librairie-nantes.fr/9782848090801-l-homme-blanc-recit-de-voyage-philippe-dossal/

 

 

Pour saluer Zénobie de Palmyre

La tragédie qui se déroule à Palmyre invite à ouvrir Gibbon, l’historien favori de Borgès, et sa fabuleuse histoire de la chute de l’Empire Romain. Ici un extrait consacré à Zénobie, impératrice d’Orient et reine de Palmyre au IIIe siècle. Précisons que ce portrait est brossé par un auteur du XVIIIe.

Dans l’Europe moderne plusieurs femmes ont soutenu glorieusement le fardeau d’un empire ; et notre siècle a produit des héroïnes dignes des regards de la postérité. Mais, si nous exceptons Sémiramis, dont les exploits paraissent si incertains, Zénobie est la seule dont le génie supérieur ait brisé le joug indigne sous lequel les moeurs et le climat de l’Asie tenaient son sexe. 

arton271

Elle se disait descendue des anciens rois macédoniens qui régnèrent en Egypte ; sa beauté égalait celle de Cléopâtre et elle surpassait de bien loin cette princesse en valeur et en chasteté. Elevée au dessus de son sexe par ses qualités éminentes, Zénobie était encore la plus belle des femmes. Elle avait (en parlant d’une reine les moindres détails intéressent) le teint brun, les dents d’une blancheur éclatante, une voix forte et harmonieuse, et de grands yeux noirs dont une douceur attrayante tempérait la vivacité. L’étude avait éclairé son esprit, et en avait augmenté l’énergie naturelle. Elle n’ignorait pas le latin mais elle possédait au même degré de perfection le grec, le syriaque et la langue égyptienne. L’histoire orientale lui parut si importante qu’elle en avait composé un abrégé pour son usage; et guidée par le sublime Longin, elle comparait familièrement les beautés d’Homère et de Platon.

Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire Romain, Edouard Gibbon, vol 1, Paris, 1837, trad. J-A-C Buchon.