Pour saluer Marco

Un grand monsieur vient de disparaitre. L’un des hommes politiques le plus fantasques et les plus créatifs que l’Europe ait connu depuis la seconde guerre mondiale. Marco Pannella, dirigeant historique du Partito Radicale, ce parti transnational “libéral et libertaire”, défenseur de tous les droits humain, était un aristocrate de la politique, inclassable, généreux, imprévisible, profondément attaché à la lutte non-violente.

pannella-dalai-lama

Marco Pannella et le Dalaï Lama DR

Admirateur de Gandhi, Il a surtout marqué les esprits par ses jeûnes à répétition, qu’il n’hésitait pas à poursuive jusqu’à la limite extrême de ses forces, pour obtenir un engagement de l’Europe contre la faim et la malnutrition ou, plus récemment, pour alerter l’opinion sur la condition des détenus en Italie. Homme de culture, proche de Leonard Sciascia comme de Pier-Paolo Pasolini, Marco, docteur en droit, parlait un français parfait.

La Cicciolina

La Cicciolina, députée Radicale

Politiquement, il était allergique à tout dogmatisme. Je me souviens des cris d’orfraie poussés par les militants de gauche lorsqu’il s’était rendu à un congrès du MSI, le parti d’extrême-droite Italien. Marco parlait à tout le monde, considérait que chaque être humain, quel qu’il soit, avait droit à la considération, ce qui ne l’empêchait pas de dire ce qu’il pensait, de mener des luttes épiques pour le droit au divorce, à l’avortement ou la légalisation des drogues douces. Il croyait en la liberté et en la responsabilité de chacun.

Marco déployait des trésors d’imagination pour faire valoir son point de vue, allant  jusqu’à faire élire une actrice de films porno à la Camera dei Deputati en 1987, une provocation dont il s’amusait beaucoup. Cette sulfureuse biographie politique n’a pas empêché le pape François de se préoccuper de sa santé ces derniers jours. Marco était un homme aimé des Italiens pour sa générosité et son franc-parler.

J’ai eu la chance de travailler avec lui au début des années quatre-vingt. A Bruxelles, à Strasbourg et surtout à Rome. A Strasbourg il s’agissait de rendre public un débat sur la faim et la malnutrition, que l’Assemblée européenne avait décidé de conduire à huis clos. Il voulait que ce débat soit rendu public. Nous avons donc monté une opération clandestine, installant un émetteur HF dans son bureau, où les débats étaient retransmis, discrètement loué une grosse sono, que nous avions prévu d’installer devant le parlement, dans le périmètre bénéficiant du statut d’extra-territorialité, négocié la retransmission des débats avec une radio strasbourgeoise et préparé une manifestation pacifique sur le parvis. L’affaire a malheureusement fuité et un cordon de CRS entourait le parlement le jour J  lorsque nous avons voulu installer la sono. J’étais désespéré, mais lui riait. Son pari était gagné, nous avions attiré l’attention sur ce débat.

C’était Marco.

 

4 réflexions sur « Pour saluer Marco »

  1. Philippe Auteur de l’article

    Merci konakryexpress pour ce prolongement. Ce billet n’avait pas vocation à faire l’inventaire des combats conduits par Macro. Il s’agissait juste d’un salut amical. Mais vous faites bien de rappeler que le personnage ne se résume pas à quelques luttes symboliques. C’est toute une vie d’engagements qui s’éteint, qui nous dit bien des choses sur la période qui s’achève.

  2. konakryexpress

    Merci pour ce témoignage qui définit bien le Marco politique au niveau national italien. Mais je le trouve un peu réducteur sur l’engagement de cette personnalité hors norme, quand vous écrivez à propos de son engagement pour les conditions de vie dans les prisons, en ces termes: “…plus récemment, pour alerter l’opinion sur la condition des détenus en Italie.”

    Certes, comparée à son engagement contre la faim dans le monde, cette bataille est plus récente. Mais, elle date tout de même de plusieurs décennies.

    Je voudrais aussi signaler son engagement et celui de son parti au niveau international contre la peine de mort, le renforcement des appareils judiciaires dans les pays africains et ailleurs, la lutte contre les mutilations génitales féminines ou contre l’impunité des dictateurs et autres auteurs de crimes contre l’humanité. Cette dernière bataille a abouti, en particulier à la création de la Cour pénale internationale.

  3. konakryexpress

    Merci pour ce témoignage qui définit bien le Marco politique au niveau national italien. Mais je le trouve un peu déductif sur l’engagement de cette personnalité hors norme, quand vous écrivez à propos de son engagement pour les conditions de vie dans les prisons, en ces termes: “…plus récemment, pour alerter l’opinion sur la condition des détenus en Italie.”

    Certes, comparée à son engagement contre la faim dans le monde, cette bataille est plus récente. Mais, elle date tout de même de plusieurs décennies.

    Je voudrais aussi signaler son engagement et celui de son parti au niveau international contre la peine de mort, le renforcement des appareils judiciaires dans les pays africains et ailleurs, la lutte contre les mutilations génitales féminines ou contre l’impunité des dictateurs et autres auteurs de crimes contre l’humanité. Cette dernière bataille a abouti, en particulier à la création de la Cour pénale internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.