Archives par étiquette : Nantes

On the river Loire

Nantes est, selon l’hebdomadaire l’Express, la première des villes françaises où il fait bon vivre et travailler en 2017. Ce n’est pas une révélation puisque la capitale des ducs de Bretagne cumule depuis une dizaine d’années les premières places sur le podium des villes les plus attractives. Héliotropisme, recherche du bon compromis entre qualité de vie et urbanité, offre culturelle, possibilités de travail… Les raisons sont multiples, le propos n’est pas de les décliner ici. L’occasion est toutefois belle d’évoquer le guide “S’installer à Nantes” écrit une première fois en 2011, sur la réédition duquel j’ai travaillé l’an dernier. Voici, pour celles et ceux qui n’ont pas eu l’occasion de le feuilleter,  l’introduction de l’ouvrage.

« Ni tout à fait terrienne, ni tout à fait maritime : ni chair, ni poisson… » La formule de Julien Gracq sied bien à Nantes. Ville portuaire, place de négoce, la cité des Ducs chère à l’écrivain de Saint-Florent-le-Vieil est tournée d’un côté vers l’océan, de l’autre vers la vallée de la Loire. Ni totalement bretonne, ni vraiment vendéenne, partagée entre les toits en ardoise au nord et les premières tuiles au sud, Nantes est un carrefour entre terre et mer, une ville d’échanges, à l’image des ports d’estuaire du nord de l’Europe, dont elle fut longtemps la rivale. Les multiples influences qui ont marqué son histoire, venues d’Espagne, de Hollande ou des Antilles, en font une cité ouverte, quelque peu détachée de son arrière-pays. Nantes, première agglomération urbaine de l’Ouest – 600 000 habitants – est une ville en soi. Il n’y a pas d’accent nantais, pas d’identité affirmée non plus, on est Nantais par adoption, par choix, peu importe d’où l’on vient. On y retrouve toutefois une manière de vivre propre aux gens de l’Ouest, qui se traduit par une certaine réserve de prime abord mais s’estompe rapidement quand la confiance est installée.

La ville aux deux centres
Cette place singulière dans l’ouest de l’Hexagone, Nantes la doit à sa position géographique à l’embouchure de la Loire, fleuve qui fut longtemps la principale voie de communication du pays. La ville a connu une grande prospérité de la Renaissance au XVIIIe siècle, comme en témoigne le château des ducs de Bretagne, palais enserré dans une forteresse médiévale. C’est dans les rues étroites du Bouffay, à deux pas du château, que bat toujours le cœur nocturne de la cité, où les terrasses des bars et des restaurants envahissent chaque soir le pavé et résonnent des éclats de voix des étudiants, nombreux sur les bords de Loire. Nantes compte plus de 47 000 étudiants dont 34 000 pour la seule université. De l’autre côté du cours des Cinquante-Otages, le quartier XVIIIe, avec ses belles bâtisses classiques, constitue, lui, le cœur de la ville dans la journée : on vient y faire ses emplettes, manger un sandwich ou flâner dans le passage Pommeraye ou la rue Crébillon.

La logia du château des ducs (détail)

De la vocation maritime à l’activité de services
La Loire ne passe plus devant la place du Commerce, ni devant le château. La géographie du centre-ville a été bouleversée dans les années 30 par de gigantesques travaux de comblements ; et de grandes avenues qui lui donnent ce côté aéré ont été tracées. C’est l’époque où Nantes renonce définitivement à sa vocation de port maritime, au profit de Saint-Nazaire, mieux situé à l’entrée de l’estuaire. La ville reste toutefois une place financière et un important centre de négoce grâce à la présence de puissantes industries de l’agroalimentaire : sucreries, conserveries ou biscuiteries, dont les noms restent attachés à l’agglomération, qu’il s’agisse de la Biscuiterie Nantaise (BN) ou de Lu (Lefèvre Utile). Elle consolide aussi son statut de centre nerveux du quart nord-ouest de la France, où l’on trouve les sièges sociaux des grandes entreprises de service. L’informatique s’y est notamment taillé une place de choix. Ce rôle de capitale économique a été renforcé depuis 1989 par la présence du TGV, qui met Paris à deux heures et autorise des allers-retours confortables dans la journée.

Comment Nantes se réinvente
La Belle Endormie, comme on surnommait volontiers la cité des Ducs dans les années 1960, s’est réveillée de façon spectaculaire depuis quelque 20 ans. Secouée par la fermeture de son dernier chantier naval, en 1987, qui l’a contrainte à tourner définitivement la page de l’industrie lourde – hormis l’usine Airbus de Bouguenais –, l’agglomération s’est appuyée sur ses faiblesses apparentes pour se réinventer. Une véritable frénésie culturelle s’est emparée des Nantais au début des années 1990. Installés dans les anciens hangars des chantiers navals, sur l’île de Nantes, les bricoleurs de génie du Royal de Luxe ont fait souffler un vent de folie sur la cité et ouvert la voie à de nombreux artistes qui ont peu à peu investi les friches industrielles de l’île où se trouve ce qu’il est convenu d’appeler le désormais le « quartier de la Création », dédié aux industries culturelles et créatives. Après les centres médiéval et XVIIIe siècle, la ville a développé un nouveau cœur, où s’implantent depuis dix ans tous les grands équipements de la métropole, du palais de justice, dessiné par Jean Nouvel, au CHU, dont le déménagement est annoncé, en passant par l’Ecole d’architecture et les Beaux-Arts.

La rançon du succès
La proximité de l’Atlantique n’est pas pour rien dans le succès que remporte l’aire urbaine de Nantes, dont la population croît à grande vitesse. plus de 10 % entre les deux derniers recensements. Le week-end à la plage fait partie des plaisirs que les Nantais s’octroient volontiers dès les premiers rayons de soleil. Conséquence logique : Nantes est, sous certains aspects, victime de son succès. L’agglomération s’est étalée, surtout en raison de la flambée de l’immobilier intra-muros, provoquant de réels soucis de circulation aux heures de pointe. Il est vrai aussi que les bords de l’Erdre, au nord, et les petites communes du vignoble, au sud, ne manquent pas d’attraits pour qui souhaite conjuguer journée en ville et soirée au calme. Mais l’agglomération, située à cheval sur le fleuve, souffre d’un problème endémique : la traversée de la Loire. Deux nouveaux ponts ont été construits en 2010 mais ils ne suffisent pas à empêcher la thrombose qui paralyse la circulation chaque matin et chaque soir, notamment pour gagner la rive sud. Les piétons sont, en revanche, gâtés. À Nantes, ils traversent les rues en toute tranquillité. La civilité est l’une des grandes qualités des Nantais, et c’est sans doute ce qui en fait une ville si plaisante à vivre.

La fabrique à glace

image jean blaiseReçu le premier exemplaire du petit dernier. Le livre est annoncé en librairie pour le 21 mai. Un petit extrait pour fêter cette parution : un passage du chapitre consacré aux Allumées, manifestation qui a bousculé Nantes pendant six ans, durant six nuits, de six heures du soir à six heures du matin, et dont s’est inspirée la Nuit blanche parisienne.  Qu’il me soit permis de remercier ici Marie et Pascale pour leur amicale et bienveillante relecture. Et bien sûr tous les témoins qui m’ont permis de recomposer cet itinéraire singulier. Ce récit, forcément lacunaire, est une forme d’hommage rendu à Nantes par un petit gars d’Alençon qui a découvert sur les bords de la Loire comment l’art pouvait s’emparer de l’espace public, comment les cultures venues d’ailleurs pouvaient questionner, bousculer et enrichir nos représentations.

La singularité de la manifestation consiste à investir des lieux méconnus, oubliés ou carrément abandonnés dans les franges de la ville, dans les faubourgs peu à peu désertés par les activités laborieuses et pas encore gagnés par l’habitat. La reconquête éphémère de la Fabrique à glace, au sud de l’île de Nantes, près d’une grande sucrerie en activité, est de ce point de vue un pari qui semble, avec le recul, insensé. Jean Blaise décide en effet de transformer cette ancienne usine aux allures de grand blockhaus, que pas un Nantais sur dix ne sait situer sur un plan de la ville, en un gigantesque lieu de rendez-vous pour accueillir les festivaliers à partir de vingt-trois heures chaque soir. En trois semaines, Daniel Sourt fait débarrasser la friche de 500 mètres cubes de gravats et construit un espace pouvant recevoir plusieurs milliers de personnes : une scène pour le rock et un bar de 27 mètres dans la première partie, un sas de décompression où prend place une exposition sur l’architecture, et un restaurant de 2 800 mètres carrés au centre duquel il a conçu un gigantesque carré cuisine, enfermant les fourneaux, où s’agitent une dizaine de jeunes cuistots issus d’un chantier d’insertion. En trois semaines, il a fallu poser des portes, installer la plomberie, la piste de danse, les décorations.

La fabrique à glace. Photo Ouest-France

Outre la découverte de lieux inconnus ou inexplorés, Jean Blaise va s’évertuer à cultiver un autre genre de décalage durant ces longues nuits, celui des formes. C’est ainsi qu’à côté de spectacles monumentaux ou carrément monstrueux – comment ne pas évoquer La Véritable histoire de France de Royal de Luxe donnée à deux reprises sur le parvis de la cathédrale –, il tient à proposer de toutes petites formes, qui encouragent un commerce intime avec la création. Plusieurs plasticiens sont ainsi invités à exposer dans des appartements privés, qui restent ouverts toute la nuit, où le public défile, bon enfant, au fil d’un parcours que chacun compose à sa guise. Lors de la première édition, c’est l’hôtel de France qui est choisi comme repaire pour les auteurs et les amateurs de littérature. Mais les causeries nocturnes et les discussions enflammées viendront à bout de la patience des hôteliers et la manifestation migrera les années suivantes vers l’hôtel de la Duchesse-Anne, près du château.

La contagion gagne et une partie de la ville reste éveillée toute la nuit. « On assurait des départs de cars à quatre heures du matin, se souvient Thérèse Jolly. Il nous arrivait de ne pas dormir pendant trente-six heures. » Cette impossibilité de conjuguer la nuit et le jour conduira de nombreux Nantais à poser une semaine de congé dès la deuxième édition, pour ne pas terminer la manifestation complètement épuisés. Des Nantais, mais pas seulement : le bouche-à-oreille fonctionne à plein, et les aficionados venus de La Rochelle, de Brest ou de la région parisienne posent de plus en plus nombreux leurs valises à Nantes au cours de cette semaine d’octobre.

« Quand on a vu, lors de la première édition, la traînée de fourmis qui franchissait les ponts sur la Loire pour se rendre à la Fabrique à glace, on s’est dit que c’était gagné. C’est vrai qu’il fallait aller le chercher ce lieu, mais cette manière d’investir l’espace est un peu dans nos gènes », commentera plus tard Jean Blaise, qui décide de pousser le bouchon un peu plus loin pour la deuxième édition puisqu’il obtient de la ville de Leningrad, qui deviendra Saint-Pétersbourg quelques semaines avant la manifestation, la mise à disposition d’un équipage et l’envoi d’un navire pour convoyer les artistes russes. Plus de trois cents personnes. Navire qui sera amarré sur un quai près du terminal à bois de Cheviré. « Pendant la manifestation, c’était la panique totale, sourit Thérèse Jolly, les artistes ne dormaient pas sur le bateau, on les cherchait partout. À la fin, il en manquait trente ! »