Quelques nouvelles du monde

La république du Soudan du Sud (South Sudan) est un pays un peu plus grand que la France (650 millions de kilomètres carrés), issu en juillet 2011 de la partition du Soudan, consécutive à une longue guerre civile. La population – 10 millions d’habitants – est majoritairement noire, chrétienne et animiste, par opposition au Nord, à majorité musulmane. Le PIB par tête y est de 1 500 dollars (41 000 pour le France, à parité de pouvoir d’achat). Le Sud Soudan possède 85% des réserves de pétrole de l’ancien ensemble mais ne dispose d’aucune infrastructure. La quasi totalité de de sa production est écoulée via un pipe-line qui traverse le Nord Soudan. Entre les deux pays, une zone revendiquée de part et d’autre, est contrôlée par une force d’interposition de l’Onu, suite à de violents affrontements qui ont opposé Nord et Sud soudanais lors de la partition du pays.
abyei3
C’est en bordure de ce no man’s land que s’est réfugiée une partie de la population chassée par les combats, en provenance notamment la ville d’Abyei, détruite. Là, dans un village transformé en refuge pour les populations locales – 70 000 personnes – MSF Suisse a installé un hôpital de campagne. Deux cents personnes assurent le fonctionnement de cet hôpital, dont le personnel médical est essentiellement Kenyan. C’est là qu’est basé Louis, mon deuxième fils, depuis janvier. Il est logisticien, s’occupe des flux (générateurs électriques, eau, approvisionnements en tous genres) du parc automobile, et plus généralement bon fonctionnement des installations, à trois heures d’avion et trois jours de camion de la capitale Juba. Il accompagne également des missions ponctuelles de cliniques mobiles dans le no man’s land avec les quelques expatriés du lieu (les Sud Soudanais sont interdits de séjour dans la zone). Le tout dans une véritable fournaise où la température dépasse ordinairement 40° à l’ombre, quand il y a de l’ombre.
abyei
Louis est arrivé ce jeudi pour une pause d’une dizaine de jours. Il est apparemment en bonne santé (il a presque meilleure mine qu’à son retour de Sierra Leone l’an dernier) mais n’a pas été très bavard, préférant se réfugier derrière un humour légèrement décalé, qui est la marque de fabrique de la fratrie. Cette mission le passionne “vraiment” mais il souffre d’être séparé de sa moitié. Ce qui s’entend. Et il lui est d’évidence difficile d’être extrait en quelques heures d’un univers “où les bébés pèsent trente grammes, comme dans les films”, de commenter l’incommentable. Je l’ai trouvé grave. Il m’a confié, en aparté, quelques scènes “bien trash”, en fumant force “Business Royals”, scènes qu’il avait d’évidence des préventions à développer devant le petit public familial réuni. Je viens de m’enquérir du taux de mortalité infantile au Sud Soudan. Il dépasse 71%. Soixante-et-onze pour cent.

Nous avons aussi évoqué, rapidement, la situation des associations humanitaires, le contexte politique, mais il ne dispose pas, je ne dispose pas d’éléments suffisants pour proposer une analyse sérieuse d’une situation qui pose de vraies questions et nous renvoie tous, évidemment, à la hiérarchie de nos indignations.

Louis n’a rapporté aucune photo. Les illustrations proviennent des sites MSF et United Nations (une patrouille à Abyei)

3 réflexions sur « Quelques nouvelles du monde »

  1. Philippe Auteur de l’article

    On est, de fait, désarmé pour commenter une telle situation, Pascale. Et puis on manque d’informations pour en comprendre les causes profondes (une telle mortalité infantile est à peine concevable aujourd’hui, même dans les pays les plus déshérités). J’ai prudemment glissé quelques données économiques (notamment sur le pétrole) et relevé, sans le préciser, que l’indépendance avait été soutenue par les Etats-Unis. Trop simple d’affirmer que l’Occident joue pompiers après avoir mis le feu à la prairie, c’est évidemment plus compliqué que ça. Mais Louis ne s’en interroge pas moins sur cette situation invraisemblable. Je vais essayer d’avancer avec lui sur la compréhension de la situation. Il semble qu’en Afrique – et nous ne cessons d’en avoir des exemples – le modèle des états-nations, des découpages territoriaux, exporté par l’Europe, pose des problèmes infinis. Ce plaquage de notre modèle sur des sociétés construites sur des communautés beaucoup plus restreintes, parfois nomades, ayant un rapport très différent du nôtre au sol, ne cesse décidément de provoquer des désastres et des malentendus.

  2. Pascale

    Difficile d’ajouter des mots à ceux-là.
    Le silence peut se dire aussi et s’habiller de respect.
    Mais le pire, selon moi, ne serait pas seulement l’ignorance mais l’indifférence. En fait, on est tout embêté, tout engourdi, tout mal parlant en lisant ces lignes. On est tout mal, alors qu’on n’a pas quitté sa chaise, son bureau, son ordi… alors que? ou parce que….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.