Un théâtre de sable

Ateliers de la création 2
sanagare
« C’est mon assistant, il vient de Rennes » explique mi sérieux, mi facétieux André Dekker, en saluant le conducteur d’un tractopelle qui sculpte un monumental cirque de sable en cours d’élévation sur l’île de Nantes. L’artiste hollandais prend un malin plaisir à observer la réaction du visiteur qui découvre, interloqué, cette immense hélice de sable érigée en quelques jours en lieu et place des hangars de la Sernam. Il faut grimper sur le chemin de ronde qui couronne la dune circulaire pour comprendre le projet de ce sculpteur de paysages, qui construit ici un objet urbain inédit, à la fois observatoire public, monument pédagogique, et œuvre d’art à part entière. Derrière l’énigmatique paroi de sable qui borde le boulevard de la Prairie au Duc, se dresse la carcasse métallique d’un bâtiment dont on comprend qu’il fut le bâtiment central de la gare de marchandises. A ses pieds un trou d’eau. « C’est la Loire » explique André Dekker « que l’on trouve ici en creusant dans le sable ». Et l’on commence à décrypter le propos de l’artiste : il veut nous aider à lire le paysage : l’eau est à quelques mètres sous nos pieds sur cette île de sable. Le belvédère qui va se greffer sur les poutres métalliques de l’ancienne gare n’aura d’autre fonction que d’ouvrir la perspective alentour, d’appréhender les transformations en cours : le parc urbain à venir et le CHU, qui doit prendre place à quelques encablures.
dekker
C’est là qu’interviennent les étudiants et ce workshop un peu particulier démarré à l’automne dernier avec la « Beaux-Arts Academy », comme le dit joliment André Dekker, du collectif Observatorium de Rotterdam. « Sanagare », c’est le nom de projet un peu fou, a en effet une vocation affirmée. Celle de créer un lien entre la santé et la nature. Parce qu’il est conçu dans le cadre de « green island », avec le concours du Seve (le service des espaces verts de la ville) et parce qu’il annonce la construction d’un grand équipement de santé publique. Et quoi de plus logique, dans cette perspective, que d’aménager des jardins dans cet oasis, dont un dédié aux plantes médicinales. Les plantes trouveront aussi des places inédites dans cet ensemble, ce à quoi les étudiants s’attachent, cherchant à la fois des espèces singulières, et des mises en résonance avec le lieu. Une étudiante des Beaux-Arts a ainsi le projet d’aller chercher en Grèce des plantes menacées dans son pays pour les implanter dans le « Sanagare ». Elle travaille en collaboration avec des étudiantes en Arts Appliqués du lycée Livet. Et ce dans l’esprit des workshops des ateliers de la création, qui décloisonnent les filières pour faire phosphorer les étudiants sur des problématiques communes.

Photos : Vincent Jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.