Léonard

Il est des tentations auxquelles on est heureux de ne pas avoir succombé quand elles se sont présentées. Celle par exemple de sortir d’une librairie lesté du somptueux ouvrage consacré à l’oeuvre de Leonard de Vinci par l’éditeur allemand Taschen. Probablement le plus complet à ce jour et surtout le plus magnifiquement illustré. L’une des singularités de cette édition est de placer sa focale au plus près de l’oeuvre, proposant des reproductions en pleine page de moult détails. Une idée géniale – mais on n’en demande pas moins pour un ouvrage sur Léonard – pour qui n’a pas l’occasion de musarder tous les matins dans les musées du monde,  couplée à un artifice technique très malin : l’emboitage se plie et pour se transformer, au besoin, en lutrin.

leonard

Il est des tentations auxquelles on est heureux de ne pas avoir succombé lorsqu’un ouvrage comme celui-ci s’invite comme par magie à votre table, qui plus est emballé dans un grande feuille cartonnée retraçant l’histoire de l’imprimerie. Exonéré de toute culpabilité, l’objet sort du champ de l’échange marchand pour devenir une pure promesse de plaisir à venir. Il n’est pas question ici de faire l’article sur Léonard, qui n’a besoin de personne pour exister, pas même sur cette édition, qu’il va maintenant falloir explorer, mais simplement de dire qu’en ces temps de frénésie, le simple fait de savoir que l’on peut à tout moment traverser le temps pour commercer avec un pareil personnage est une perspective délicieuse.

Une cocotte en fonte et l’oeuvre de Léonard à portée de main, finalement il est des privilèges discrets que l’âge apporte sans faire de bruit mais avec un heureux discernement.

7 réflexions sur « Léonard »

  1. Al Ceste

    Pour la touche de fantaisie, on peut ajouter “Léonard est un génie” (Turk et de Groot) ?

    Nos 5° avaient gagné un concours : une après-midi avec les auteurs, fort sympathiques. A un moment, je signale une faute au dessinateur : il manque un u à “Disciplus simplex” sur le lit de Basile. Il sourit, on passe à autre chose. Arrive le moment des dédicaces, je lis la mienne : “A Pierre-Marie, discipulus non simplex”. Et toc !

  2. p.

    …..poèmes… poèmes….euh! disons amusement… la rime et un compte des pieds y sont, mais aucune loi de la versification n’y est…. espièglerie, galéjade (?), pitrerie… pour la bonne cause.
    Un peu de légèreté ne nuira pas me suis-je dit, n’est-il pas?

  3. Philippe

    Merci Pascale, ces poèmes ajoutent une touche de fantaisie à cet évènement qui ne voulait pas en être un. Une cocotte, un livre somptueux, un vélo, un tableau et des poèmes, toutes choses appelées à durer . Quand l’intelligence, la sensibilité de vos amis se conjugue avec une bienvenue simplicité, on se dit qu’il n’est pas si désagréable d’avancer dans le temps.

  4. p.

    La bicyclette oubliée….

    Dès potron-minet me disais
    Heureusement pour la rimaille
    Que personne n’eût l’étrange idée
    D’offrir pour couronner le tout
    Un vélo ! la belle pagaille !
    Il eût fallu, à l’inventaire du lutrin
    Et des cocottes, joindre un biclou…
    Et que j’écrivisse de bon matin
    Et tout de go
    La fable de l’écrivain
    Qui roulait sur un vélo qui s’appelait… Leonardo !

  5. p.

    Le lutrin et les Cocottes

    Une Cocotte se paraît en son miroir.
    Le jour tombait, il faisait noir,
    Comme en un trou de basse-fosse.
    Mais point ne faut désespérer d’une Cocotte
    Pour ses atours, elle n’est point sotte,
    Et trouve où poser peignes et brosses
    Sur un grand lutrin noir tout près de la croisée
    Où, dans ses derniers feux, le soleil se couchait.
    Las ! toute de plumes revêtue, une gallinacée y avait
    Installé son logis et pensait bien, seule y demeurer.
    C’était sans compter sur la cruauté
    De notre mijaurée d’un soir.
    Qui s’en saisit, la tua, la pluma, d’un coup.
    La mit à cuire, fit un houssoir
    De ses pennes du plus beau roux.
    Mais ne sachant que faire des os et de la crête,
    Ni de la viande ni du reste,
    Elle rapprocha dudit lutrin
    Les pots et les marmites qu’elle avait sous la main,
    Élisant pour finir la cocotte de fonte
    Qui me permit ainsi de terminer le conte
    D’un lutrin, d’une dame, d’une poule et d’un pot
    Qu’il fallait réunir en un seul jeu de mots.

    Bel anniversaire Philippe, et honte à moi!

  6. Philippe

    Belle perspicacité Pascale. On ne peut rien vous cacher. Il pleuviasse ici aussi, mais c’est le lot commun semble-t-il. Vivement le mois de juin !

  7. p.

    Si je comprends bien, Philippe, c’est pour n’avoir pas succombé à la tentation, jadis, que l’ouvrage est arrivé quand même…. et faut-il entendre dans “les privilèges discrets de l’âge” une manière détournée de dire que vous venez d’ajouter un an à votre palmarès. Donc, puis-je traduire et résumer : comme vous n’aviez pas osé, il y a quelque temps, (vous) acheter le bel objet sur Léonard, il vous a été offert pour votre anniversaire? ou je me plante complètement….
    Dans tous les cas, c’est bien, il faut toujours avoir un ou plusieurs Léonard chez soi. C’est un peu comme Montaigne, tout ce qui peut s’écrire, avoir été écrit, et sera écrit, est nécessaire.
    Quant au lutrin, ça c’est c’est une chouette idée. J’aimerai tant avoir des lutrins (oui, au pluriel) et des écritoires (oui, au pluriel). Après, j’achèterai le château qui pourra les abriter….
    Et comme il bruine, il bouillasse, il pleuviasse, on peut se lâcher : est-ce que la cocotte en fonte tient sur le lutrin?
    Je sors….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.