Bookshops and traffic jam

bookDifficile de passer quelques jours à Londres sans faire un saut charing cross road, la rue des bouquinistes, à la lisière de Soho et de Covent garden. De bouquinistes et de libraires il n’en reste malheureusement plus guère, l’Angleterre n’échappant pas à l’hémorragie qui vide les villes de leurs librairies. Depuis quelques années deux bookshops disparaissent chaque semaine au Royaume-Uni. Marks and Co, la boutique rendue célèbre par Hélène Hanff et son délicieux 84 Charing cross road, n’a pas résisté à la désaffection des amateurs de livres anciens, même si, pour l’heure, le 84 est inoccupé.

Le libraire voisin ne cache d’ailleurs pas une certaine lassitude lorsqu’on lui demande des nouvelles de la célèbre enseigne. « Il y a bien longtemps que Marks a mis la clef sous la porte » répond-il un brin exaspéré, retrouvant toutefois le sourire lorsque l’on s’avance vers lui avec les trois volumes de la correspondance de Jack London, édités par les presses universitaires de Stanford. Impossible en effet de repartir de Londres sans un souvenir de papier. Il est des maniaques qui ne savent pas quitter un pays sans rapporter un livre.

traffic jamCela faisait une éternité que je n’avais pas mis les pieds à Londres. Le charme britannique opère toujours dans les rues de la ville, où le kitch british est toujours roi, qui s’expose dans les vitrines, sur les vêtements, comme une sorte de pied de nez éclatant à la grisaille du ciel. Mais la ville respire mal, étouffée par une circulation oppressante – ce « traffic jam » si bien nommé – et victime d’un urbanisme désordonné. Seul le quartier bobo de Chelsea, à l’Ouest semble avoir échappé à la frénésie de constructions qui dévore le centre et la rive sud de la Tamise du côté de la City.

Ce fouillis urbain, bordélique et inconfortable, autorise un regard plus distancié sur Paris, dont l’urbanisme austère, les grands boulevards haussmaniens font, en comparaison, figure de jardin ordonné et paisible. Finalement, le côté cartésien des Français, cette manie de tout tailler au cordeau, de tout réglementer, est parfois exaspérant mais n’a pas que de mauvais aspects. Il permet, à tout le moins, de vivre dans des villes fréquentables au quotidien. Il semble que la folie du moment soit de s’exiler à Londres pour échapper aux rigidités hexagonales. Il n’est pas exclu qu’on en revienne.

Illustrations : dr

1 réflexion sur « Bookshops and traffic jam »

  1. Court

    Je ne puis que conseiller en haute librairie Sokol books, qui expose des choses très sérieuses aux foires de livres anciens.
    Sinon, ces inénarrables magasins près de Victoria qui prOposent de bonnes éditions universitaire au rez-de -chaussée, et des articles dignes du mythe Pigalle au sous-sol!
    Autrement, Oxford et la librairie près de la Bodléienne; ça ne vaut pas pour l’ancien, mais souvent d’excellentes recherches avant leur traduction.
    Bien à vous.
    MC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.