Le premier aéroport de Notre-Dame-des-Landes

L’histoire est parfois facétieuse. C’est en effet Notre-Dame-des-Landes que les Américains avaient choisi pour installer un petit aérodrome de campagne d’où décollaient leurs avions d’observation qui surveillaient la poche de Saint-Nazaire entre août 1944 et mai 1945. La ligne de démarcation se situait à quelques kilomètres entre Fay-de-Bretagne et Bouvron. Les allemands les appelaient “les mouchards”. Il s’agissait de Piper, vraisemblablement du modèle Grassshoper.

piper

Le piper grasshoper pouvait décoller sur une route au besoin (photo DR)

Placée à l’abri de la forêt de Rohanne, où sont actuellement installés les opposants au projet d’aéroport, la piste, aménagée dans une prairie de 5 hectares, permettait aux avions légers d’effectuer des missions de reconnaissance pour observer le no man’s land entre les lignes et localiser l’artillerie ennemie. Les Allemands avaient en effet réparti plus d’une centaine de pièces d’artillerie au nord et soixante-dix canons au sud. Canons pour la plupart protégés dans des bunkers, mais parfois installés dans les sous-bois, près de la ligne de front, qu’ils déplaçaient à l’aide de chevaux pour échapper à la vigilance américaine.

Je viens de retrouver cette info, que j’avais publiée il y a quelques années dans un dossier sur la Libération de Nantes, en travaillant sur un ouvrage à paraître sur la poche de Saint-Nazaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.