Le feuilleton de l’été

Nous arrivons au terme du feuilleton de l’été avec la fin du premier livre du Malais de Magellan (les épisodes sont déclinés ci-dessous), qui en comptera trois. Rappelons le pitch de l’ouvrage :  ce ne sont pas les navigateurs qui dessinent le monde au début du XVIe mais les cartographes et les imprimeurs. L’Amérique n’a pas été découverte par Amerigo Vespucci, mais les premiers cartographes en décident ainsi. Magellan n’est pas le premier homme à avoir fait le tour du monde, mais c’est son nom que les livres d’Histoire retiennent. Par bonheur Léonard, un jeune typographe d’Alençon, protégé de Clément Marot et de Marguerite de Navarre, va nous aider à y voir plus clair dans cette affaire. Après avoir évité les bûchers de l’inquisition, croisé ses premiers sauvages à Rouen, et pu enfin consulter le manuscrit d’Antonio Pigafetta à Nantes, il sera en mesure d’imprimer le véritable récit, celui du découvrement de l’Inde Supérieure par les Espagnols, et d’en décrypter le contenu. Explosif pour l’époque.

Les choses ont bien avancé cet été, l’ouvrage sortira en avril 2018, sous la même forme que mon premier livre sorti vingt ans plus tôt, en avril 1998. C’est Gwenhaëlle Le Roy (Le Mercure, Gallimard) qui réalisera la maquette et Claude Lefebvre qui l’illustrera d’une ou plusieurs gravures sur bois. Ce sera donc un petit format, pour un livre assez court, d’environ 140 pages, à l’image de Derrière la Montagne. De la même façon une cinquantaine d’exemplaires sera proposée en souscription quelques semaines avant la sortie.Pour un prix somme toute modique, inférieur à 15€, qui sera vraisemblablement le prix public.

S’il n’y a pas d’enjeu éditorial ou commercial, puisque j’ai décidé de publier l’ouvrage sous l’enseigne de L’atelier du polygraphe, merci malgré tout de ne pas utiliser, de ne pas reproduire cette copie de travail, datée et publiée ici sous l’ISSN 2497-7144 accordé par la Bibliothèque Nationale à l’Atelier. Elle restera en ligne quelques semaines puis sera retirée de la consultation publique pour faire place au livre en papier. Bonne lecture et à bientôt pour de nouvelles aventures.

Illustration : Le géographe Vermeer

Le Malais de Magellan (La belle charpente 1)

La Malais de Magellan (La belle charpente 2 et 3)

La Malais de Magellan (Almenêches 1)

Le Malais de Magellan (Almenêches 2 et 3)

Le Malais de Magellan (Le curé de Condé 1)

Le Malais de Magellan (Le curé de Condé 2)

Le Malais de Magellan (L’affaire Saint-Aignan 1)

La Malais de Magellan (L’affaire Saint-Aignan 2)

2 réflexions au sujet de « Le feuilleton de l’été »

  1. Philippe Auteur de l’article

    Deux bonnes nouvelles : Gwenhaelle (Le Mercure, Gallimard) va poser sa patte sur le livre comme elle l’avait fait pour le premier, et Claude va plancher sur une (ou plusieurs) gravures sur bois. Pour, à tout le moins, illustrer la couv. Yes !

  2. Voltaire

    Clément Marot a ramené deux choses d’Italie : la vérole et l’accord du participe passé… Je pense que c’est le deuxième qui a fait le plus de ravages !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *